Des jeunes comme les autres, ou presque...

Peu de chose distingue les jeunes des Auberges du cœur des jeunes en général.
Où est-ce que tout a déraillé alors ? Pourquoi ces jeunes se retrouvent-ils si loin de leurs rêves ? Pourquoi certains rêvent-ils encore si peu ou plus du tout ?

La réponse est évidemment différente pour chacun des 3 500 jeunes en moyenne hébergés chaque année par les 28 Auberges du cœur du Québec. On peut toutefois dire qu'au fil des ans, l'accumulation des difficultés, des déceptions et des pertes a installé chez la plupart de ces jeunes un mal de vivre qui est venu saper à la base l'élan qui les animait au temps où les rêves avaient encore un goût de possible. Les ruptures répétées sont venues trop souvent attaquer la racine même du sentiment d'appartenance qui donne un sens à l'idée de vie en communauté. Pourquoi ces jeunes se retrouvent-ils si loin de leurs rêves ? Pourquoi certains rêvent-ils encore si peu ou plus du tout ?

Concrètement, l'histoire de ces jeunes est marquée par :

  • Conflits familiaux
  • Difficultés importantes à l'école
  • Négligence ou abandon parental
  • Toxicomanie chez l'un ou l'autre des parents, ou les deux
  • Problèmes de santé mentale (dépression, troubles de la personnalité, psychoses)
  • Abus physique et sexuel
  • Violence
  • Placements en famille d'accueil ou en Centre jeunesse
  • Pauvreté

À leur arrivée dans une Auberge du cœur, les jeunes ont souvent dans leur sac :

  • Pauvreté
  • Toxicomanie
  • Très faible scolarité
  • Peu ou pas d'expérience sur le marché de l'emploi (donc peu compétitifs)
  • Manque de connaissances et d'habiletés pour assurer le maintien de leur autonomie
  • Sentiment d'impuissance face à leur avenir
  • Sentiment de n'être utile à rien
  • Grand besoin de reconnaissance et d'affection
  • Problèmes de santé mentale (dépression, troubles de la personnalité, etc.)
  • Isolement social

Vécus et dynamiques familiales

76%

Conflits familiaux

28%

Violence

24%

Négligence et abandon

22%

Toxicomanie et/ou alcoolisme

Quand l'espoir fait marcher

Et pourtant ils espèrent encore. Reconstruire des ponts avec leur histoire, papa, maman, leurs frères et sœurs. Risquer de nouveau le lien, la confiance pour ne plus être aussi seuls. Avoir la chance de faire une rencontre qui fera la différence ... D'une étape à l'autre, l'espoir que les choses seront différentes fait marcher. Mais comme l'espoir a pour grande sœur la soif et pour voisine la peur, la peur d'être déçu, encore, ils hésitent, s'avancent de côté prêt à partir au moindre faux pas de la part de ceux qui tentent de les approcher.

Lorsque les jeunes frappent à la porte d'une Auberge du cœur, ils portent en eux le désir intense d'un regard bienveillant posé sur eux qui leur confirme leur humanité et qui leur rappelle qu'ils ont leur place dans cette communauté dont ils se sentent fondamentalement exclus.